• Ballade dans Besançon

    Après une nuit réparatrice, je découvre en me levant, la gentille maman Denise et sa fille en train de nous préparer le repas de midi comprenant entre autre des moules.

    Ballade dans Besançon

    Ballade dans Besançon

    Surprise ! A Paris, rue de Rivoli, il y a CHEZ LILY. A Besançon se trouve le JARDIN DE LILY ! Bien entendu, je n'ai pas résisté à envoyé cette photo à ma fille de coeur, ma fée Lily.Ballade dans Besançon

    Ballade dans BesançonA gauche, cette façade originale comme il y en a dans certaines rues de Besançon. A droite, malgré un handicap à la jambe gauche, maman Denise se débrouille très bien avec un déambulateur qu'elle appelle son joujou ! Besançon à cette particularité, que pour faire un km pour aller de A a B en voiture, il faut en faire trois. Mon fils en sait quelque chose !

     

     

     

     

    Ballade dans Besançon

    La place du marché

    Ballade dans Besançon

     Le Doubs

    Ballade dans Besançon

    Vue générale

    Ballade dans BesançonC'est le surlendemain, au retour d'une incursion en Alsace pour visiter le musée consacré à Frédéric Dard, créé par notre ami Koffmann, que nous visiterons la fabuleuse citadelle construite par le génial Vauban.... Je vous souhaite un merveilleux week-end et vous donne rdv, si vous le voulez bien, pour la suite de ce périple à l'occasion de l' AG des amis de San-Antonio.

     

    Samedi 02/06 17h 50,

    Avant l'Alsace, une petite incursion en Savoie... 64 km, bel entrainement pour la randonnée de demain" Meylan Chartreuse. Je m'engagerai pour le 80 ou 100 km selon le dénivelé.

    Ballade dans Besançon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    11 commentaires
  • Première étapeElle consiste à aller rejoindre mes enfants à Piolenc,Première étape banlieue de Orange, le 17 Mai, pour ce que mon fils Daniel appelle un tour de France. Me voici donc à leur ranch en pleine récolte de cerises.

    Le lendemain matin, vers 9 heures, départ pour un long périple nous menant à Besançon où réside la maman de ma belle fille

    Première étape

    A suivre....

     

     


    4 commentaires
  • De retourJe suis de nouveau allevardin depuis quelques heures. Heureux de vous retrouver mes chères amies blogueuses et vous aussi, chers amis. Un peu fatigué de ce "tour de France" épuisant mais oh ! combien magnifique ! Je vous raconterai dans les jours qui viennent quelques uns de ces épisodes. Ce soir, je vais me contenter de vous faire visite.


    6 commentaires
  • La sorite de Samedi 12

    Il faisait encore beau et chaud, en ce samedi 12 Mai. Nous étions une vingtaine  sur sur la place de la résistance. Regroupement à Pontcharra. J'ai eu un pincement au coeur en songeant que mes amis Jo et Bebert s'en allaient seuls pour éviter les côtes. Je décidais de me joindre à eux.

    La sorite de Samedi 12

    Direction Grenoble par des pistes cyclables pratiquement sans voitures. Il faisait de plus en plus chaud. J'aime ça et j'étais gâté ! A une vingtaine de km de Grenoble je pianotais sur mon compteur et découvrais qu'il faisait 34° ! Non, ce n'est pas une erreur de chiffre ! Ce n'était pas 24 mais 34 degrés ! Au Soleil, bien sûr !

    La sorite de Samedi 12

    De retour à Pontcharra, songeant à notre rdv sur le Ventoux, je demandais à mes amis de les quitter pour faire la montée de Saint-Maximin assez rude. Ils me remercièrent de leur avoir tenu compagnie... Je m'élançais donc, et  fus surpris par l'aisance de mon pédalage sans fatigue et sans essoufflement ! La forme revient à grand galop

    La sorite de Samedi 12

    Au revoir !

    Et oui, je pars rejoindre mes enfants à Piolenc me goinfrer de cerises, puis, le 18, ils m'emmènent sur l'île de Noirmoutier pour l'assemblée générale de l'association des amis de San-Antonio... Une dizaine de jours de vacances. Retour vers le 4 ou 5 Juin, après avoir, si le destin me prête vie, fait un détour au sommet du Ventoux.

    Bises aux dames, et accolade fraternelle a mes amis.

     


    37 commentaires
  • La chambre d'amourBoulimique de lecture, surtout lorsque le temps est maussade, je me suis replongé dans ce que l'on appelait dans ma jeunesse: Le livre populaire.

    Imprimé le 5 octobre 1949 pour le compte de la librairie Fayard, j'avais trouvé ce livre, pratiquement introuvable aujourd'hui, chez un bouquiniste des quais de la Seine vers le milieu des années 80, nos premières années de vie parisienne avec mon épouse.

    Auteur de " LES DEUX GOSSES" porté à l'écran en 1936 par Fernand Rivers, Pierre Decourcelle (1856-1926) est un auteur qui me prend aux tripes dès les premières pages et que je ne peux plus lâcher avant le mot fin. Je l'ai relu hier en 4 heures, comme si je ne l'avais jamais lu, ne me souvenant plus de cette histoire pathétique... Trois grands amours perturbés, voir brisés par vengeance d'un cynique assassin violeur, qui ne rencontrera le châtiment que 25 ans plus tard...


    10 commentaires