• Mon père31 Mars 1908/31 Mars 2018... Et oui, mon cher papa, le 31 tu aurais eu 110 ans... Tu es parti il y a très longtemps, et pourtant, tant que mon coeur battra, c'est en lui que tu continueras à vivre. Nous t'émions tant ! N'est-ce pas, ma chère maman ?

    En écoutant chanter J.C. Gianadda en l'église St. Michel, je m'étais senti ému jusqu'aux larmes. Cette chanson, MON PERE, est en effet le refflet de ce qu'avait été le mien.

     

     

     

    Il a traversé les frontières                   ( Comme toi )Mon père

    fils d'émigré toujours loyale, toujours sincère

    Lorsque la parole est donnée.

    Il a connu le feu des guerres       ( Tout comme toi )

    Je crois que son coeur à saigné

    Avec des jours, des nuits d'enfer

    Plus qu'un ami, c'était mon père

    Un homme de bien, un homme de paix

    C'était mon héros, mon repère

    Et je l'admirais en secret

    Un coeur aussi grand que la terre

    Il nous parlait d'égalité

    Y avait en lui cette lumière

    De ceux qui savent espérer

    Mon père

     Y eu quelques saintes colères

     Mais il rayonnait de bonté

     Un homme digne, intègre et fier

     Ceux qu'il croisait le respectaient

     Dans les coups durs et les galères

     Il faisait le bien et se taisait

    Avec son sens communautaire    ( En 1944, il a recueilli un jeune couple de 

    sa chemise il aurait donné              juif que nous avons hébergés durant deux 

    Y avait dans ses yeux la lumière     mois, leur évitant ainsi les camps de la 

    La justice et l'humanité                    de la mort )

    Et tout là-haut dans le ciel clair

    Je crois encore l'entendre chanter

    MON PERE

     

     


    22 commentaires
  • La randonnée des retraités

    7 heures du mat. J'ouvre les quinquets. Il pleut sur Allevard. J'écoute la météo. Sur Voreppe, éclaircie et soleil l'après-midi. Motivé, je prends la décision de partir. Il pleut sur Grenoble. Il est 11 heures... Quelques gouttes sur Voreppe.

    La randonnée des retraités

    Laissant mon vélo à l'abri dans ma voiture, je pénètre dans la salle d'inscription. 4 pèlerins. Je demande si l'épreuve est annulée. Non, dans une heure, soleil !

    La randonnée des retraités

    Petit à petit, la salle se remplie... 11 h 30, il ne pleut plus ! J'extrais mon vélo, enfile ma cape anti-pluie, et me gave de saucisson, fromage, biscuit et café. M'adressant à un groupe sympathique composé de deux dames et trois hommes, je lui demande s'il me ferait l'honneur de rouler en sa compagnie. Accueilli avec sourire, nous partons à midi pile pour le parcours de 57 km, vu le temps, au lieu du 75. Quelques centaines de mètres, et nous voici sur la piste cyclable longeant l'Isère et que je connais par coeur, l'ayant empruntée une dizaine de fois dans mon Allevard-Toulouse...

    La randonnée des retraités

    Quelques gouttes de pluie sur un sol détrempé, puis enfin le soleil tant attendu se pointe à 12h30. Au 7 km, crevaison du papa de l'une de ces dames. Son épouse décide de poursuivre, je la suis pendant deux km puis m'arrête pour faire pipi. Madame décide de continuer seule. J'attends 1/4 d'heure puis fais demi-tour. Je retrouve mes nouveaux amis sur le point de repartir. Belle entente jusqu'au contrôle au 25 km . Je leur apprend que j'ai un blog et que je serai très honoré d'être photographié en leur compagnie. Elle s'appelle Véronique. Autrichien, je ne me souviens plus du nom de son époux.

    La randonnée des retraités

    Le retour ce serait très bien passé si, sur un immense rond-point encombré de travaux, nous n'aurions pas  loupé un fléchage, allongeant notre parcourt de 7 ou 8 km... Qu'importe ! le soleil était de plus en plus chaud ! Finalement, à mon compteur, 67km22 en 3h35, dénivelé de seulement 430 m et une moyenne de 18 km/h... En se restaurant, je songeais que je ne verrai sans doute plus jamais mes nouveaux amis. Hier, je n'étais plus seul, je roulais en excellente compagnie.

    104 participants

     

     

     


    20 commentaires
  • photos de classe

    J'avais 13 ans. C'était la rentrée de 45-46, quelques mois après la fin de la guerre. Je suis le deuxième, à gauche, tout en haut

    photos de classe

    Annecy. La deuxième année de mon apprentissage de Tailleur d'habit.Je me souviens de cette phrase de notre maître, monsieur Durif. " Si les petits cochons ne te mangent pas, on fera quelque chose de toi." J'avais 16 ans.    photos de classeJ'ai hésité à mettre cette photo, prise en Allemagne, lors de mon incorporation au 5 ieme R I. Le service militaire m'a fait du bien. Avant, j'étais très timide, et je me trouvais laid. Même très laid, avec un nez à la Cyrano de Bergerac, mes oreilles décollées vers l'avant, mes yeux en trous de pine, selon les dires de mes amis d'enfance... D'où mes déboires auprès des jeunes filles. Mais j'ai compris vers les 20 ans qu'elles n'y étaient pour rien, qu'elles m'aimaient tel que j'étais, surtout lorsque j'ai rencontré l'ange de ma vie. 

    Femmes, vous m'avez rendu heureux

    Je vous aime.

     


    25 commentaires
  • La randonnée des écureuils

    Chaleureux accueil des dirigeants du club d'Echirolles. Un temps splendide avec une température agréable. Le parcourt des 90 km étant annulé, j'ai coché les 80. Je suis resté longtemps à me restaurer et à boire du café, espérant voire mes confrères d'Allevard, personne en vue ! Cette fois, j'étais le seul représentant de la roue libre ! Je me mis en selle à 11 H en compagnie d'un ami inconnu. Nous nous entendions admirablement bien, moulinant, ne dépassant pas les 20 km/h, sur une longue partie de portion plate. Mais voilà qu'au 7 ième km, il chute lourdement ! Je l'évite de justesse et l'aide à se relever. Pas de bobo.

    La randonnée des écureuils

    Nous sommes repartis avec un groupe de 20 cyclistes. Je me laissais décrocher dès la première difficulté, la montée de Girardière, une dizaine de km de montée avec des  pourcentages oscillants entre 6 et 9 % . Arrivé au RAV de ST Martin de la Cluze, ressentant un certain blues me gagner à force de rouler seul, sans la compagnie de mes compagnons habituels, je décidé de faire le parcours des 60 km. Heureusement ! Car,tout de suite après le 2ième contrôle-ravitaillement, une longue et forte pente nous attendait, avant de plonger sur Echirolles, une descente de 3 km.

    La randonnée des écureuils

    Après l'effort, le réconfort !.... Hélas ! C'est en se restaurant, que nous avons appris qu'un de nos frères cycliste s'était effondré dans la dernière montée, et qu'il avait été transporté à l'hôpital sans connaissance. J'espère de tout coeur qu'il s'en sortira, contrairement à deux de mes amis.

    au total: 446 engagés dont 95 dames. Seul 2 récompenses: le club ayant le plus dames, et le plus jeune 6 ans !

    A mon compteur: 62km,12, en 3h57. vit. moyenne: 15km,67 qui s'explique par un dénivelé de 907 m, avec une ascension en deux temps de 20km, 67. Pointe de vitesse en descente: 51km,80 seulement ! Je souhaite rester encore quelque temps en votre compagnie, mesdames, c'est pourquoi je suis de plus en plus prudent. Dans la montée, mon palpitant n'a pas dépassé les 120 pul. minute... Et cerise sur le gâteau, aucune douleur aux jambes... Que demande le peuple ?

    Bon dimanche


    15 commentaires
  • Faux bon !Je ne me trompe pas ! Nous sommes bien mercredi ! Premier jour du printemps et sortie cycliste ! Le soleil est là... Je me pointe sur la place de la résistance... Je poirote 1/4 d'heure... Pas un chat ! Copines et copains ont une nouvelle fois eu peur du froid ! Ne voulant pas rouler seul, je me suis réfugié dans le cosmos pour voir s'il y faisait aussi froid !

     

                                              LE CRABE DE L'ESPACE

    Faux bon !

    Cette photo a été prise samedi 17 Mars 2018. Ce "Crabe" de l'espace est un nuage de débris en expansion, suite à l'explosion d'une étoile massive.


    30 commentaires