• AccueilMon Andorran

    Accueil

    Finalement, après 40 km, j'ai remplacé mon toulousain par mon "Andorran". Pourquoi Andorran ? Parce que lors de mon 2ième Allevard-Toulouse, j'avais décidé de passer par Andorre, plus précisément au Pas de la case où se trouvaient des amis de la famille. Mon épouse était encore là. Je sens encore l'étreinte qu'elle me donna au moment du départ, anxieuse de me savoir sur les routes après mes deux graves accidents. Depuis peu, nous avions un portable encombrant, mais oh ! combien utile pour la rassurer au milieu d'une étape et à son terme.

    AccueilMon Andorran

    Hélas ! J'ai beau chercher, je ne retrouve plus la belle photo prise par mon ami d'Andorre, qui me montre, mon vélo à la main, à côté de la pancarte "Pas de la casa". A défaut, je vous montre celle-ci, prise sans doute l'année suivante. Lorsqu'elle demeurait rue des 7 Troubadours, passant devant chez elle avant d'arriver chez ma cousine, je prenais plaisir à embrasser Christine, ma grande amie Toulousaine.

     

  •  

     

    Jean-Claude Gianadda

    La nef de notre belle église Saint-Marcel

    Jean-Claude GianaddaP

    Pour sa première chanson, ce "troubadour de la foi " nous à chanter avec sa merveilleuse voix, l'hymne à la paix d'une colombe:

    Vole, vole, chante et danse

    Dans un ciel de liberté

    Dans un ciel de tolérance,

    Le plus beau champ, c'est d'aimer

    Vienne, vienne la colombe

    Et son rameau d'olivier

    Dans nos coeurs et dans ce monde

    Où la paix reste à gagner

    Jean-Claude Gianadda

    De nombreuses chansons dédiées à la Vierge Marie, jésus, et moi, le mécréant, j'avais les larmes aux yeux, et je mêlais ma voix à celles des assistants pour chanter ce refrain:

    Trouver dans ta vie ta présence

    Tenir une lampe allumée

    Choisir d'habiter la confiance

    Aimer et se savoir aimer

    Jean-Claude Gianadda

    Délaissant sa guitare et la " scène" il allait quelquefois chanter dans les travées pour être au contact du public

    Jean-Claude Gianadda

    évoquant les attentats criminels qui ont frappés de nombreux pays dont la France, il a dénoncé avec force daech et ses assassins. Il nous chanté trois chansons qu'il a composées sur ce thème, en s'inspirant d'un texte de Antoine Léiris qui a perdu sa femme, Hélène le 13 novembre 2015 au Bataclan.

    Jean-Claude GianaddaLe voici: Vous avez volé la vie d'un être d'exception, l'amour de ma vie, la mère de mon fils, mais vous n'aurez pas ma haine. Je ne vous ferais pas ce cadeau de vous haïr. Vous l'avez bien cherché pourtant, mais répondre à la haine par la colère serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes. Vous voulez que j'ai peur, que je regarde mes concitoyens avec un oeil méfiant, que je sacrifie ma liberté pour la sécurité: PERDU ! je n'ai d'ailleurs pas plus de temps à vous consacrer. je dois rejoindre Michel qui se réveille de sa sieste. Il a 17 mois, il va manger son goûter comme tous les jours et toute sa vie, ce petit garçon vous fera l'affront d'être heureux et libre, car vous n'aurez pas sa haine non plus.

     

     

     

    Jean-Claude Gianadda

    Entre deux chansons, Jean-Claude Gianadda, nous apprit qu'il avait composé en quelques minutes, une chanson en hommage au Père Jacques Hamel, 86 ans, égorgé pendant son office par deux terroristes affiliés à Daech.

    Il était 23 h 10, quand il nous remercia et nous dit au revoir.

    Merci à lui.


    2 commentaires
  • le marché du dimanche

     

    En panne d'inter net, panne réparée par mon docteur Dédé, l'un de mes neveux, je suis heureux de pouvoir vous souhaiter un beau dimanche. J'arrive du marché plus petit que celui du jeudi, mais toujours bien achalandé en fruits et légumes, la plus part récoltéS dans ma région.

    le marché du dimanchele marché du dimancheEn ce dimanche, j'ai une bonne et hélas ! une mauvaise nouvelle. Après le repas chez ma soeur, je vais emmener ma cousine à Grenoble pour rendre visite à son compagnon hospitalisé d'Urgence hier soir. Nous espérons qu'il s'en sortira. Il a été jusqu'ici robuste malgré ses 89 ans... La bonne nouvelle, c'est que ce soir, en l'église saint Michel, " Le troubadour de la foi", Jean-Claude Gianadda revient comme chaque année nous émerveiller avec ses superbes chansons. La première partie est consacrée à sa foi avec des chansons émouvantes dont il est l'auteur, comme: Trouver dans ma vie ta présence, Qu'il est formidable d'aimer, Jésus me voici devant toi. etc... Et en deuxième partie, toujours aussi émouvantes, au son de sa guitare et avec une belle voix qui me fait penser à Alain Barrière, il interprète de superbes chansons dont mes préférées sont: Tu es parti, mon père, Casque bleu (l'histoire d'un soldat de la paix fauché par une balle)... Bon dimanche.


    5 commentaires
  • riche journée du 15 Août où l'amitié fut reine !

    Cette fête de la montagne coïncide avec l' Assomption... Le prénom de mon adorable grand-mère maternelle, la seule dans la famille à qui l'on souhaitait la fête. Très croyante, elle avait pour " Santa Maria" comme elle disait une telle dévotion qu'elle avait donné pour prénom à sa seconde fille Marie, et à son deuxième fils Joseph... Elle m'a accompagné sur les premiers km de l'ascension du Collet. (Vue d'Allevard au km 1, prise dans la descente) 

    riche journée du 15 Août où l'amitié fut reine !

    Lieu d'arrivée. La montée du Collet est l'une des plus dure du pays d'Allevard. Imaginez: d'où j'écris, altitude 504 m. altitude de cette photo 1411, soit un dénivelé de 907 m en seulement 11 km ! Je l'ai faite à 5,77 km/h de moyenne.

    riche journée du 15 Août où l'amitié fut reine !

     

    le départ étant fixé à 10 h, je suis parti à 9 h 30, sachant qu'il ne me fallait pas moins de 2 heures pour arriver sur les lieux de la fête. Tout "à gauche", comme on dit dans le langage cycliste. Mon "montagnard" étant équipé d'un 28/30, je moulinais tranquillement, sans essoufflement, ma fréquence cardiaque oscillant entre 95 et 100 pulsations minute en fonction de la pente qui varie entre 6 et 10 ou 11 %. En pensée, j'étais accompagné par mes chers disparus, dont mon ami Jean, jeannot pour les intimes... Comme vous le voyez, les enfants étaient gâtés par cette belle fête de la montagne.

    riche journée du 15 Août où l'amitié fut reine !

    C'est au milieu du parcourt que je fut rattrapé par les premiers partants à A 10 H, au total dix avant le sommet, avec ces gentils mots qu'ils avaient pour m'encourager. J'avais même droit à quelques "poussettes" de quelques mètres. C'est en me congratulant avec de nombreux amis, cyclistes ou non, que j'appris que quelques'uns, dont mes copines étaient partis à 9 h.

    riche journée du 15 Août où l'amitié fut reine !

    riche journée du 15 Août où l'amitié fut reine !

    C'est avec une belle ambiance, accompagnée de musique et de chansons que nous nous sommes attablés vers midi 30.

    riche journée du 15 Août où l'amitié fut reine !

    Avec au menu une délicieuse polenta susceptible de nous faire récupérer les calories laissés en court de route. Sauf votre serviteur qui reste désespérément à l'eau, ce repas fut accompagné par une variété de boissons allant du rosé au vin rouge de qualité. Gâtés par le beau temps, la fête était prévu pour durer toute l'après-midi, mais nous, les cyclistes, nous avions hâte de prendre une douche, et pour certains, dont moi, faire une grosse sieste réparatrice. C'est donc vers les 14h30, nous entamions prudemment la descente, la route n'étant pas tellement entretenue par endroits. A l'année prochaine, si le destin me prête vie.

     


    14 commentaires
  • en pose jusqu'au 15 août au soirFort occupé , je fais une petite pose jusqu'en soirée du 15 Août, fête de la montagne. Comme chaque année, nous serons quelques'uns à monter en vélo au Collet D'Allevard pour cette fête dédiée à notre cher disparu, Jean Béranger. Je vous ferai au retour un résumé en image de cette belle journée dont la météo nous annonce qu'elle sera belle... 


    13 commentaires
  • Si proche et si lointaine

    " Depuis la nuit des temps, elle scintillait au-dessus de nos têtes, mystérieuse, incompréhensive, spectaculaire. Mais il y a près d'un siècle, l'humanité a enfin compris ce qu'était la voie lactée: Une Galaxie. Notre Galaxie. L'énigmatique voûte lumineuse s'est transformée en une invraisemblable spirale laissant tourbillonner des milliards d'étoiles. Une parmi d'autres dans le vide de l'Univers. Fâcheuse coïncidence, au moment précis où ce spectacle a trouvé une explication, il s'est dérobé à nos yeux. En seulement quelques dizaines d'années, la voie lactée a disparu du ciel de nombreux Terriens sous l'effet de la pollution lumineuse." (Science § vie).

    J'en sais quelque chose. Adolescent, je l'admirais, la contemplant à peu près comme vous la voyez sur cette photo. Nous vivions à la campagne, et l'été, couché sur l'herbe avec mes tontons, nous avions les yeux fixés sur la voûte céleste, et on jouait à qui serait le premier à découvrir la première étoile dans ce crépuscule mourant... En voici une ! Deux ! Six ! Puis, très vite, des dessins se formaient, formant une sorte de casserole ou de chariot: la grande Ourse, puis dans son prolongement la petite avec au bout de sa queue l'étoile polaire.

    Si proche et si lointainePour mes 50 ans, mes fils m'offrirent un télescope. Un superbe cadeau qui me permettait d'admirer les tâches et les protubérances du Soleil, les pleines et montagnes de la Lune, la superbe saturne, et plus loin, notre voisine, la galaxie Andromède. Dans l'objectif, je la voyais grosse comme une pièce de 2 euros, et je savais, grâce à nos chers astronomes, que cette pièce de 2 euros abritait quelques 200 milliards d'étoiles... Et je rêvais que parmi les milliards de planètes gravitant autour de leurs Soleils, il y avait peut-être un petit Robic qui admirait une autre pièce de 2 Euros, notre galaxie.


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique