• Fin des oeuvres interdites                    Théophile Gautier

                           Mademoiselle

                                    de

                                Maupin 

    Les compagnons n'étaient pas précisément ivres, mais ils commençaient à entrer dans des discutions morales à perte de vue et à mettre sans façon leurs coudes sur la table ; L'un deux avait même passer son bras sous  la taille épaisse d'une des servantes, et dodelinait sa tête fort amoureusement; un autre jura qu'il crèverait sur l'heure comme un crapaud à qui on fait prendre du tabac, si Jeannette ne lui laissait pas prendre un baiser sur chacune des grosses pommes rouges qui lui servaient de joues. Et Jeannette qui ne voulant pas qu'il crevât comme un crapaud, les lui octroya de très bonne grâce, et n'arrêta pas une main qui s'insinuait audacieusement entre les plis de son fichu, dans la moite vallée de sa gorge très mal gardée par une petite croix d'or, et ce ne fut qu'après un court parler à vois basse qu'il la laissa libre d'enlever le plat.

                        Guy de Maupassant                                                                            

    Fin des oeuvres interdites = Je n'ai pas donné le sein depuis hier, me voilà étourdie comme si j'allais m'évanouir.

    Le jeune homme, troublé, balbutia: Mais, madame, je pourrez vous... soulager.

    Elle répondit d'une voix brisée: " Oui, si vous voulez, vous me rendrez bien service. Je ne puis plus tenir, je ne peux plus.

    Il se mit à genoux devant elle, et elle se pencha vers lui, portant vers sa bouche, dans un geste de nourrice, le bout foncé de son sein. Dans le mouvement quelle fit en le prenant dans ses deux mains pour le tendre vers cet homme, une goutte de lait apparut au sommet. il la but vivement, saisissant comme un fruit cette lourde mamelle entre ses lèvres. Et il se mit à téter d'une façon goulue et régulière.

    Soudain, elle dit: " En voilà assez pour celui-là, prenez l'autre maintenant."

    Et il prit l'autre avec docilité.

    Elle avait posé ses deux mains sur le dos du jeune homme, et elle respirait maintenant avec bonheur, savourant les haleines des fleurs mélées aux souffles d'air que le mouvement du train jetait dans les wagons.

    Elle dit, en l'écartant doucement:

    " En voilà assez. Je me sens mieux. Ca m'a remis l'âme dans le corps.

    Il s'était relevé, essuyant sa bouche d'un revers de main. Elle lui dit, en faisant rentrer dans sa robe les deux gourdes vivantes qui gonflaient sa poitrine: " Vous m'avez rendu une fameux service. Je vous remercie bien, monsieur.

    Et il répondit d'un ton reconnaissant:

    " C'est moi qui vous remercie, madame, voilà deux jours que je n'avait rien mangé !

    Fin des oeuvres interdites

    Marquis de Sade

    Le serpent

    Tout le monde à connu au commencement de ce siècle Mme la présidente de C... Cet animal est le meilleur ami que j'aie au monde, disait-elle... Un jour, allant m'enfermer dans un cabinet de fleurs, j'aperçus subitement à mes pieds cette bête charmante. Je voulus fuir, le serpent s'étendit devant moi. Il avair l'air de demander grâce. Je m'arrête, je considère cet animal; me voyant tranquille, il s'approche, fait cent voltes à mes pieds. Je ne puis m'empêcher de porter ma main sur lui, il y passe délicatement sa tête, je le prends, j'ose le mettre sur mes genoux, il s'y blottit et parait y dormir.

    Un trouble inquiet me saisit... Des larmes coulent malgré moi de mes yeux et vont inonder cette charmante bête... Eveillé par ma douleur, il me considère... il gémit... il ose élever sa tête auprès de mon sein... il le caresse... et retombe anéanti... O juste ciel, c'en est fait, m'écriai-je, et mon amant est mort !

    Fin des oeuvres interdites

    Ce récit me fait penser à Adam et Eve, nus, tentés de croquer la pomme sous la menace d'un serpent. 

     

     

                       

     


    votre commentaire
  • Cette collection des chefs-d-oeuvre interdits, a été éditée par le cercle européen du livre en 1973. Elle contient les oeuvres de 20 écrivains dont les plus célèbres sont: Balzac (nouvelles choisies) Diderot ( les bijoux indiscrets) La Fontaine (contes et nouvelles, en vers) Maupassant (nouvelles) Th. Gautier (Mademoiselle de Maupin) Masoch (La vénus aux fourrures )Sade ( Oeuvres diverses) Zola (Nana), oeuvres sinon chefs d'oeuvres, longtemps interdites.

    Suite des chefs-d'oeuvres interdits                           Balzac

    Avez-vous jamais rencontré de ces femmes dont la beauté foudroyante défit les atteintes de l'âge, et qui semblent à trente six ans plus désirables qu'elles ne devaient l'être quinze ans plus tôt ? Leur visage est une âme passionnée, il étincelle; chaque trait y brille d'intelligence; chaque pore possède un éclat particulier, surtout aux lumières, Leurs yeux séduisants attirent, refusent, parlent ou se taisent. Un mouvement de leurs sourcils, le moindre jeu de l'oeil, leur lèvre qui se fronce, impriment une sorte de terreur à ceux qui font dépendre d'elles leur vie et leur bonheur.

                  ( J'adore le style Balzac)

    Suite des chefs-d'oeuvres interdits

     

     

     

     

     

     

     

                                      Diderot

    Alcine était vive et jolie. La cour du sultan n'avait guère de femmes plus aimables, et n'en avait aucune de plus galante. Un émir du sultan s'en était entêté. on ne lui laissa point ignorer ce que la chronique avait publié d'Alcine; il en fut alarmé, mais il suivit l'usage : Il consulta sa maîtresse sur de qu'il devait en penser. Alcine lui jura que ces calomnies étaient des discours de quelques fats qui se seraient tu, s'ils avaient eu des raisons de parler; qu'au reste il n'y avait rien de fait, et qu'il en était le maître  d'en croire  tout ce qu'il jugerait à propos. Cette réponse convainquit l'émir amoureux de l'innocence de sa maîtresse.

                                                            La Fontaine

    Suite des chefs-d'oeuvres interdits

    Un villageois ayant perdu son veau,

          L'alla chercher dans la forêt prochaine.

    Il se plaça sur l'arbre le plus haut,   

                        Pour mieux entendre, et pour voir dans la plaine.

    Vient une dame avec un jouvenceau. 

                 Le lieu leur plaît, l'eau leur vient à la bouche,

    Et le galant qui sur l'herbe la couche,

    Crie, en voyant je ne sais quel appat :

                   " O dieux ! que vois-je ! et que ne vois-je pas !"

      Sans dire quoi: car c'était lettres closes.

    Lors le manant les arrêtant tout coi;    

           " Homme de bien, qui voyez tant de choses,

           Voyez-vous point mon veau ? dites-le-moi "

              ( Je trouve cette fable mignone comme tout !)

    N'aimant pas faire des articles trop longs, et de peur de vous lasser, je mettrai fin aux chefs-d'oeuve interndits demain.

     

     

     


    9 commentaires
  • Chefs-d'oeuvre interdits

    Sur les 20 volumes de cette collection: Chefs-d'oeuve interdits, il y en a un que je n'ai pas pu lire, y compris ce dimanche 18 février. Il s'agit des DAMES GALANTES, de Brantôme, un écrivain né aux environ de 1537. Bien sûr, je me suis régalé en lisant quelques passages, et surtout en admirant les dizaines de dessins de Gesco, mais moi qui lit assez vite, je lis assez mal le vieux francais... Jugez'en par ces courts extraits.

    SUR LES DAMES QUI FONT L'AMOUR ET LEURS MARIS COCUS.

    Chefs-d'oeuvre interditsChefs-d'oeuvre interditsD'autant que ce sont les dames qui ont fait la fondation du cocuage, et que ce sont elles qui font les homme cocus, J'ay voulu mettre ce discours parmy ce livre des dames encore que je parleray autant des hommes que des femmes. Je sçay bien que j'entreprens une grand oeuvre, et que je n'aurois jamais fait si j'en voulois monstrer la fin.... etc..

    Chefs-d'oeuvre interdits

    Cette dame ne voulut jamais permettre que ses inférieurs la baisassent jamais à la bouche, " d'autant, disoit-elle, que le toucher et le tact de bouche à bouche est le plus sensible et précieux de tous les autres touchers, fust de la main et autres membres ", et, pour ce, ne vouloit estre alleinée, ny sentir à la sienne une bouche salle, orde et nompareille à la sienne.

    L'homme allegue que la victoire est bien plus grande quand l'on tient sa douce ennemie abattue sous soy, et qu'ii la subjugue, la suppedite et la dompte à son aise comme il luy plaist.

    Chefs-d'oeuvre interdits

    Je cognois une grand'dame, laquelle estant venue fort amoureuse d'un gentilhomme de la cour, et luy par consequent jouissant d'elle, ne luy pouvant donner d'argent, d'autant que son mary lui tenoit son trésor caché comme un prestre, luy donna la plus grande partie de ses pierries....

     


    10 commentaires
  • Laïka, ou mes états d'âme.

    Autant je suis enthousiasmé par la recherche scientifique dans tous les domaines, autant je suis horrifié, malheureux, voir en colère, lorsqu'on utilise les animaux, jusqu'à les martyriser au nom de cette science. C'est en lisant une question de Maud Jalley dans un n° de Science & vie, que m'est revenu en mémoire le martyre de cette pauvre chienne, Laïka, premier être vivant à être envoyé  dans l'espace à bord de spoutnik 2, le 3 novembre 1957, un voyage sans retour ! Imaginez un peu cet affolement devant la poussée énorme de la fusée, puis l'état d'apesanteur après la mise en orbite autour de la Terre. La mort ayant pitié de cette pauvre bête victime de la bêtise humain, mit fin à ses souffrances au bout de 7 heures passées dans l'espace. Les bons apôtres avaient prévus de l'empoisonner au bout d'une dizaine de jour. Ses restes furent carbonisés six mois plus tard, le 14 Avril 1958, lorsque spoutnik 2 est entré dans l'atmosphère et s'est désintégré. 


    21 commentaires
  • Réparation le jour de la saint Valentin !

    Vous me manquiez, chères amies et amis ! Près de deux heures pour redonner de la vie à mon ordinateur ! J'ai  donc pu mettre comme vous pouvez le constater la photo du marché d'Allevard le jour des naufragés de l'ile de France... Reste qu'étant vieux et fragile, je suis parti à Grenoble m'acheter un ordi neuf. Je l'ai juste branché. C'est le petit écran bleu. Mon neveu viendra me l'installer demain. Je vais répondre à vos com. puis j'irai rendre visite à vos jolis blogs. Merci à ma fée des étoiles qui vous a mis au courant de mes avatars.( C'est ainsi que j'appelais autrefois, je crois, Amarante, l'une des filles de mon coeur)

    Jeudi 15... J'avais promis de vous rendre visite sur vos blogs hier soir vers 19 heures, mais ayant allumé la télé, j'ai été, tout comme vous, bouleversé par la nouvelle concernant cette pauvre martyre de 9 ans, Maëlys, assassinée par ce salaud de Lelandais probablement un tueur de série. Du coup, je suis resté scotché sur diverses chaines de télé.


    17 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires