• La Bérézina

    C'est avec enthousiasme qu'après avoir ingurgité un copieux petit déjeuner,  j'attaque, à 8h30, les quelques 100 km qui me séparent de Castelnaudary. Compte  tenu des fêtes de l'ascension et des "ponts" qui s'enchainent, j'avais pris la précaution de réserver une chambre à l'hôtel de France... Une légère bise de face, fort agréable, surtout en plein soleil, va m'accompagner jusqu'à Carcassonne à une allure variant en 18 et 25 km/h.

    La Bérézina

    C'est ici, en plein centre de Carcassonne, qu'à 11h30, je m'arrêtais pour commander deux diabolo mente et avalais une barre très nutritive que chaque cycliste a dans ses poches pour éviter les "coups de pompes" que l'on appelle "la fringale". A la gauche du bar, ce trouve l'hôtel central où, durant les quelques années que je faisais mon Allevard-Toulouse en 4 étapes, je  couchais.

    20 minutes plus tard, j'enfourchais mon vélo pour les derniers 40 km. Toujours cette gentille bise de face qui atténuait la température dépassant allègrement les 30 °, sans doute plus en plein soleil... Une légère montée de 2% se présenta à 20 km de Castelnaudary. A son sommet, je m'arrêtais pour me désaltérer et arroser ma tête mon dos et ma poitrine ! Un vrai délice ! Puis j'attaquais la descente. En son milieu, alors que je roulais à 45 km/h, surgit un morceau de ferraille que j'évitais de justesse avec ma roue avant, mais hélas ! pas celle de l'arrière, car elle explosa avec une telle violence que le bruit ressembla à un coup de fusil de chasse !  Je freinais à mort, évitant de justesse une chute presque inévitable ! Je constatais avec effarement que mon pneu était foutu, mettant à nu ma chambre à air inutilisable ! je la changeais à l'ombre d'un arbre, puis la gonflais très peu, pour la protéger du trou béant de mon pneu. Je décidais de rouler très lentement, pas plus de 10 à l'heure tout en évitant le moindre gravier. Je commençais à reprendre espoir après une dizaine de km, lorsque l'inévitable se produisit.

    La Bérézina

    C'est ici, à 5 km de l'entrée de Castelnaudary, que ma troisième chambre à air éclata ! La mort dans l'âme, je changeais de chaussures, et entrepris  une marche à pieds qui m'emmena à l'hôtel de France, au bout de 7 km à 6 km/h.

    La Bérézina

    J'y arrivais vers 16h30, assez démoralisé, surtout après que le gérant émit un doute sur l'ouverture du seul magasin de cycles. Pour ne pas les inquiéter, je rassurais ma cousine et ma soeur, leur affirmant mensongèrement que tout allait bien. Le lendemain matin, après avoir déjeuné sans appétit, je me dirigeais vers le magasin de cycles indiqué par le gérant. Comme prévu, le rideau de fer était baissé. Les larmes aux yeux, je trainais mon vélo vers la gare SNCF située à 2 km.

    La Bérézina

    Arrivé au guichet, je demandais un billet pour Toulouse. La brave dame m'apprit qu'aucun train ne partait pour Toulouse ! Ils étaient remplacés par des autobus situés en face. Je lui demandais si ces bus prenaient les vélos. Elle ne savait pas. C'est moi qui délivre les billets, me dit-elle, mais il serait sage de vous assurer auparavant s'il prend les vélos. Le moral à zéro je me dirigeais vers l'arrêt des bus. Une jeune femme et un tout jeune homme attendaient. Je leur expliquais ma détresse, mais eux non plus de savaient pas si ces bus prenaient les vélos. et dans le cas contraire s'il y avait dans la ville un marchant de cycle ouvert. Gentiment le jeune sortit son portable et consulta le net. Il téléphona, eut une femme qui lui confirma la fermeture de son magasin, mais lui donna un numéro de la " roue qui tourne" tenue par des jeunes gens, et qui fournissent des pneus et réparent les vélos !

    La Bérézina

    Je l'aurai embrassé ! Qu'on ne me dise pas que la jeunesse est pourrie ! Il m'expliqua comment trouver le gite de ces jeunes gens, puis l'ayant vivement remercié, je parti à la recherche de cette bien aimée roue qui tourne et que je trouvais après d'une demi-heure de marche ! Oh ! joie ! Avertis par le galant jeune homme, j'étais attendu ! Pour 32 euros, le jeune mécanicien me monta une chambre à air et un pneu neuf et me fournit deux chambres à air pour le cas où.... Lui aussi, je l'aurai embrassé ! C'est un Hugues tout autre qui enfourcha son vélo et s'engagea sur les pistes cyclables du canal du midi !

    La Bérézina

    La Bérézina

    Je téléphonais à ma cousine pour lui dire qu'elle ne m'attende pas pour midi, mais que j'arriverai vers les 14 h, voulant flâner sur les rives du canal truffé d'écluses, puis déjeunerai dans une sympathique "guinguette" à 5 km de la gare Matabiau. Ainsi ais-je fait ! Oh ! destin ! Merci de m'avoir permis d'accomplir mon rêve de bout en bout, c'est à dire d'enfourcher mon vélo rue Ponsard à Allevard, et de le garer rue de saint Gaudens, à Toulouse, après avoir enlacé ma chère Libertad ! Bien sur qu'elle m'a grondé gentiment ! Bien sur qu'elle m'a fait promettre de ne plus revenir à Toulouse en vélo ! Mais quand j'ai eu sa soeur (87 ans) au téléphone, elle était si enthousiaste et si fière d'avoir un tel cousin, qu'elle m'a dit " A l'année prochaine " Et dans les mêmes conditions.... Alors... Mais chut !

    La Bérézina

    Bon week-end. Je parts à Briançon. Retour dimanche soir

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 1er Juin à 15:55

    BONJOUR HUGUES !

     

    C'est bien ce que disais, tu as l'art du reportage :

    J'entendais tous les bruits du vélo que tu traînais, j'ai vu tes larmes de rage et de fatigue et enfin j'ai entendu ton "youpi !" quand tu as trouvé tes chambres à air !

    Enfin !... Hugues !.... Ce n'ai pas un "chantier" pour toi !..... A ton âge quand même !

    Remarques, si tu arrêtes de faire le fou comme çà, c'est ta santé qui va décliner !......Non ?....Voudrais-tu égaler Robert MARCHAND ?

    Ceci dit, nous nous reverrons le 17 juin à mon retour d'Italie, si tu n'as pas fais de folie !

     

    Salut Mon Grand !

    Fais attention à ton cœur !

    Rémy.

     

    2
    Jeudi 1er Juin à 17:28

    Bonjour Hugues,

    Je viens de lire cette aventure qui c'est  tout de même bien terminé ...Pour te rassurer j'ai connu moi aussi la marche à pied à coté du vélo en cause "Chaine brisée"

    Bravo tout de même

    Amitiés

     

     

    3
    Jeudi 1er Juin à 17:59

    bonsoir    hugues tu as eu bien du soucis sur ta route mais bon tout c'est bien terminé pour toi c'est le principal  la gare de Matabiau je la connait bien et ma fille a un appart pas très loin    , as tu passé un bon jeudi ? moi calme courses et pharmacie ce matin ,cet après midi repos , ici soleil , nuages et petite chaleur , bonne soirée et bon vendredi ..Amitié ..bisous ..Anna

    4
    Vendredi 2 Juin à 07:19

    Je suis très content pour toi, tout c'est très bien passé, tu as pu réaliser ton vœu tel que tu l'avais prévu et en fin de compte tous ces aléas de parcours sont autant de souvenirs qui vont rester et te rappeler que rien n'est jamais tout à fait perdu, mais ça je sais que tu le savais déjà

    Amicalement

    Claude

    5
    Vendredi 2 Juin à 07:35

    et bien, ce fut une véritable expédition, et tu  as même dû te transformer en marcheur !

     Comme tu vois, il ne faut jamais désespérer, et je comprends qu' une fois ton vélo réparé et des chambres à air de rechange dans tes bagages, tu as eu envie de batifoler un peu !

     Merci pour le récit et tes photos

     Passe une bonne journée Hugues

     Amitié

    6
    Vendredi 2 Juin à 18:21

    bonsoir     Hugues     , as tu passé un bon vendredi ?  le mien calme et sans sortie je me suis reposée , ici les gros nuages sont la avec du vent , bonne soirée et bon weekend ..amitié ..bisous ..Anna

    7
    Vendredi 2 Juin à 20:24

    Et quand je pense que certains vont chercher l'aventure en australie ou en chine alors qu'elle est là , chez nous, dans notre     douce France , avec des jeunes qui nous redonnent de la fierté......oui tu peux être fier mon frangin.......car tu a "fait face" comme un para.....comme un homme tout simplement .....

    Je t'embrasse mon grigou......je suis fier de toi ...... 

    Ton frangin

    8
    Dimanche 4 Juin à 04:49

    Bonjour Hugues

    je viens de lire tes mésaventures, qui se termine bien, merci pour le partage

    Très bonne journée Avec amitiés

    René de Chine

    9
    Lundi 5 Juin à 17:50

    bonsoir   hugues    , as tu passé un bon lundi ?  moi calme et  sans sortie ,ce matin repassage et cet après midi repos , ici temps mitigé avec du vent ..bonne soirée ..et bon mardi ..amitié ..bisous ..Anna

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :